Le concert européen, du congrès de Vienne à l’explosion de 1914

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

par Jacques-Alain de Sédouy Ancien ambassadeur

On a beau jeu de pointer les grands conflits militaires qui ont frappé l’Europe entre la défaite napoléonienne et la Première Guerre mondiale, mais on ne pense presque jamais à tous ceux qui ont été évités. On oublie que l’Europe n’a pas attendu le traité de Rome (1957) pour s’organiser. Si le système européen né en 1814-1815 fut au début dirigé contre la France, celle-ci a rapidement rejoint les quatre premiers garants de l’ordre international : Grande-Bretagne, Autriche, Prusse et Russie. Ce qu’on a appelé le «concert européen» devait ainsi fonctionner jusqu’en 1914, permettant à notre continent de se transformer profondément dans une paix relative, sans catastrophe majeure.

Faire accepter des limites aux hégémonies, gérer les effets des mouvements révolutionnaires, contrôler au mieux (ou au moins mal) l’idée d’Etat-nation et l’aspiration à l’unité (Italie, Allemagne) ou à l’indépendance (Grèce, Bulgarie, Serbie, etc.), discipliner la compétition coloniale, définir un comportement face à l’effondrement de l’Empire ottoman. Voilà un bilan largement positif. Jusqu’à ce que le système s’enraye et qu’éclate, à l’été 1914, l’affrontement généralisé.

sedouy
Jacques-Alain de SédouyAncien ambassadeur

GALERIE